Les pilotes à moteurs Renault F1 monopolisent le podium du GP d’Allemagne

Sebastian Vettel (Infiniti Red Bull Racing-Renault) remporte le Grand Prix d’Allemagne devant Kimi Räikkönen (Lotus F1 Team-Renault) et Romain Grosjean (Lotus F1 Team-Renault). Le podium du jour était totalement propulsé par le moteur Renault RS27. Mark Webber (Infiniti Red Bull Racing) termine en 7e position, ce qui permet à Renault de placer quatre de ses pilotes dans le top 10 avec un total de 64 points. Williams F1 Team a effectué la majorité des 60 tours de course en étant virtuellement dans les points. Les deux Caterham F1 Team rallient l’arrivée, avec Charles Pic et Giedo van der Garde en 17e et 18e positions. Infiniti Red Bull Racing conserve la tête des championnats Constructeurs et Pilotes.

Le moteur Renault RS27 a propulsé Sebastian Vettel (Infiniti Red Bull Racing) vers sa première victoire au Grand Prix d’Allemagne aujourd’hui. Le triple Champion du Monde en titre ne s’impose qu’avec une seconde d’avance sur Kimi Räikkönen (Lotus F1 Team), tandis que Romain Grosjean termine troisième, offrant à Renault un retentissant triplé. Il s’agit de la seconde performance de ce type cette saison, après le Grand Prix de Bahreïn en avril.

Vettel s’emparait de la tête du Grand Prix dès le départ, grillant la politesse au poleman Lewis Hamilton. Avec Mark Webber en deuxième position, les deux équipiers se détachaient de la Mercedes jusqu’à la première vague de changement de pneumatiques. Malheureusement, Webber perdait une roue dans les stands et il chutait dans les profondeurs du classement, à un tour du leader. L’Australien parvenait à combler une bonne partie de ce retard lorsque la voiture de sécurité rentrait en piste après l’abandon de Bianchi. Revenu dans le peloton, il se battait pour arracher la septième place finale.

Vettel, les deux Lotus et Alonso se tenaient dans un mouchoir pendant les deux premiers relais, et la course se jouait lors de la troisième vague d’arrêts aux stands. Grosjean s’arrêtait en premier, imité par Vettel un tour plus tard. Pendant ce temps, Räikkönen restait en piste pour une dizaine boucles supplémentaires. Il disposait ainsi de pneus plus frais pour le sprint final. Après avoir pris l’avantage sur son équipier à cinq tours de la fin, il fondait sur Vettel, mais l’Allemand tenait bon pour remporter sa quatrième victoire de la saison. Grosjean résistait quant à lui à la pression d’Alonso pour décrocher son deuxième podium de la saison.

Pastor Maldonado et Valtteri Bottas ont réalisé une solide course pour Williams F1 Team, roulant longtemps dans le top 10 avant de perdre du temps lors de leurs changements de pneumatiques. Ils terminaient finalement aux 15e et 16e rangs. Le Caterham F1 Team plaçait ses voitures justes derrière, avec Charles Pic et Giedo van der Garde en 17e et 18e positions.

Infiniti Red Bull Racing mène le Championnat du Monde avec 67 points d’avance sur Mercedes, tandis que Ferrari est troisième devant Lotus F1 Team. Sebastian Vettel augmente son avance au classement des pilotes avec 157 points devant Fernando Alonso (123) et Kimi Räikkönen (116).

Rémi Taffin, Directeur des prestations piste Renault Sport F1
Il est inutile de dire que nous sommes comblés par ce résultat, avec les pilotes Renault qui monopolisent le podium. De plus, ce fût une superbe course, avec une bagarre jusqu’au dernier tour. Il s’agit de notre premier triplé depuis Bahreïn en avril, et ce résultat est le bienvenu à ce stade de la saison. Bravo au personnel de Viry et de Mecachrome, qui travaille en étroite collaboration avec les équipes châssis à Milton Keynes et Enstone.

Nous pouvons également être très positifs à propos de Williams, qui était dans les points pendant une bonne partie de la course avant de manquer ses arrêts au stand. Leur rythme en course est toutefois un élément positif sur lequel il faudra capitaliser à Budapest. De même, Caterham a réalisé une course solide en terminant devant Marussia.

Nous avons maintenant une petite pause jusqu’au Grand Prix de Hongrie, nous allons donc avoir le temps de débriefer après ce week-end. Le Hungaroring est un circuit qui convient généralement bien au moteur Renault, nous arriverons donc plus forts que jamais là-bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>